Faut-il planifier des diagnostics contradictoires lors de l'achat d'une maison à La Souterraine ?

Partager sur :

Au cours des visites effectuées avant l’achat d’une maison à La Souterraine, le propriétaire-vendeur vous présente divers documents, dont les rapports des diagnostics techniques obligatoires. Ces derniers vous donnent plus d’informations concernant l’état général du bien. Pour vérifier la véracité de ces données, il est possible de faire réaliser des diagnostics contradictoires. 

Qu’entend-on par diagnostics contradictoires ? 

Ce sont des contre-expertises réalisées pour vérifier que les premiers rapports contenus dans le DDT (dossier des diagnostics techniques) témoignent réellement de l’état actuel du bâtiment. Il se peut effectivement que certaines expertises aient été effectuées il y a plusieurs années et que le vendeur n’ait pas jugé utile de les refaire puisque leur durée de validité est illimitée. Il se peut également que certaines évaluations aient été réalisées par le propriétaire lui-même et que vous ayez quelques doutes les concernant. 

Pour chasser tous vos doutes, vous avez le droit de faire entreprendre des diagnostics contradictoires. 

Qui paie les diagnostics contradictoires ?

C’est l’acheteur qui paie les frais relatifs à ces contre-expertises. C’est également lui qui engage les diagnostiqueurs de son choix, mais ils doivent être différents de ceux mandatés par le propriétaire. Le coût de ces évaluations reste le même que ceux commandés par le vendeur. En moyenne, un diagnostic coûte entre 40 et 250 euros. Plus vous en faites refaire, plus le budget à prévoir augmente. Vous avez le droit de ne faire réaliser que les diagnostics qui vous inspirent des doutes.   

Quand faut-il planifier les diagnostics contradictoires ?

Il est conseillé de planifier les diagnostics contradictoires au cours du délai de rétractation survenant après la signature de l’avant-contrat. Vous disposez de 10 jours pour effectuer toutes les vérifications voulues. Si les contre-expertises mettent en avant des erreurs sur les premiers rapports, vous pouvez renégocier le prix de vente ou annuler la transaction. Par contre, si les erreurs vont en votre faveur, le vendeur ne peut ni annuler l’opération ni augmenter le prix.